Concours: Votez pour « Ne Regarde Pas » ^-^

Ne regarde pas, Nouvelle pour le concours « E-crire au féminin »

 

Fin des votes : Le 31 août 2015 (SVP, lisez et votez pour moi !)

Collection : Josei (Romance adulte), Paranormal

En une phrase : Patience ne peut pas se pardonner la mort de sa demi-sœur, pourtant il lui faudra bien oublier si elle veut un jour saisir la main que son prince lui tend, lui qui semble si charmant.

Résumé de la nouvelle : Patience est suicidaire, ce n’est pas nouveau, mais depuis peu, elle a des visions. Un soir, son prince charmant l’entraîne sur le toit de la maison…

Extrait court : « Flash soudain, vision d’un visage blanc face à elle, d’yeux entièrement noirs, d’une bouche en sang. Le clocher de l’église sonne et Patience se réveille. Onze coups résonnent.

Erwan se retourne, les mains dans les poches et un sourire aux lèvres. Une fusée orangée zèbre le ciel avant d’exploser en une fleur bleue qui retombe en pluie derrière lui. Le feu d’artifice a commencé. »

Pour la petite histoire :

En voyant les thèmes du concours « E-crire au féminin », j’aurais pu inventer une histoire, mais j’ai choisi d’extraire cette nouvelle d’une idée de roman. Pourquoi ? Pas uniquement par paresse 😉 Surtout pour voir si le thème et mes personnages avaient une chance de plaire. Après tout, si la nouvelle fait un flop, cela signifira que le roman a peu de chances de fonctionner ! Il peut alors retourner se terrer dans les méandres de mon cerveau pour plusieurs années.

La petite histoire maintenant : l’idée du roman est née après une soirée film d’horreur / riz lok-lak avec les copines geek. On venait de frissonner (comprenez bondir en se cachant les yeux derrière un coussin) devant le film coréen : « Deux sœurs ». En rentrant en voiture dans la nuit noire, j’ai eu très envie d’écrire une histoire avec une petite fille fantôme, creepy à souhait, des scènes sombres et mystérieuses et une fin où tout s’explique soudain. J’ai cherché pendant mes 30 minutes de trajet. Rien, néant total. L’inspiration sur commande, ça n’existe pas. Mais en arrivant chez mes parents (note sur ma vie : je suis récemment revenue au bercail suite à des aventures québécoises qui m’ont laissée sans le sou), j’ai soudain eu un flash. Un flash tout noir. Je me suis trompée d’interrupteur, j’ai allumé le lampadaire rongé par les fourmis et fait sauter les plombs de la maison. J’ai dû me rendre au garage à la lueur de mon portable. Et là, juste à droite du tableau électrique, sous des étagères croulantes, à portée de main d’un fantôme, ou de n’importe quel monstre, il y a l’entrée du vide sanitaire, avec ses toiles d’araignée, son plafond très bas et son sol en terre battue. On n’entre qu’à genoux dans ce trou noir où crèvent les rats et où viennent gratter les chats. En frissonnant, j’ai compris que j’avais trouvé ce que j’appelle « l’antre du mal ».

Il ne me restait plus qu’à trouver le mobile du fantôme et quelle serait la romance, car je voulais une romance avec un beau héros :p (je suis un peu marketing ? Ah non, je suis juste une fille ^^). Les deux sont venus ensemble, intriqués comme des particules quantiques. Le lendemain, après une matinée de recherche sur certains désordres psychologiques, le synopsis était écrit. La nouvelle, elle, ne me plait pas en l’état car elle spoile la fin du roman mais je n’avais pas le choix pour qu’elle ait un intérêt hors du contexte du roman. Bon, sachant que le long métrage n’existe pas encore, je ne vais pas en faire un drame !

N'hésite pas à donner ton avis ^-^