Archives pour l'étiquette Poème

400px-Aqueduc_de_la_Dhuis_-_Hectometer_Sign_in_Chessy,_Seine-et-Marne

Poème : La Dhuis

400px-Aqueduc_de_la_Dhuis_-_Hectometer_Sign_in_Chessy,_Seine-et-Marne
By Poulpy [CC BY-SA 3.0] via Wikimedia Commons
Humidité glacée
Persistance d’ une brume aux reflets de diamant
Immensité brune à la lumière du couchant
Une silhouette émeraude fuit le soleil

Sous le regard curieux d’ une pièce d’ argent
L’éléphant de jade se pare d’ un halo rose brillant
La sève coule de ses yeux tandis qu’il coure vers ce rêve
La demeure aux formes parfaites, à l’ intérieur marin
Que surplombe une vaste couronne d’ étoile

Vision vertigineuse de ce qui n’a pas de fin
Il n’ en reste pas moins calme
Car lentement s’ abat le voile
De l’ ivresse

Commentaire:
Vous avez rien compris?… Lire la suite

un jeune roulé en poule dans une friche industrielle, pieds nus sur le béton

Poème : Enfants de la misère

un jeune roulé en poule dans une friche industrielle, pieds nus sur le béton
© Wokandapix – Pixabay

Fantômes de pureté à jamais assassinée
Esprits vengeurs, esprits de feu
Enfin revenu des cieux
Ombres de lumière, enfants de la misère
Envolez et soufflez dans les chaumières
La haine qu’ils font croître et génèrent

Murmurez à leurs oreilles
Ce qu’ils ont perdu, les merveilles
Caressez leurs yeux clos
Des mirages, reste de faux

Enfants de la misère, ravivez la braise éteinte
Le feu de la colère souffre d’une si dure étreinte
A ne savoir qui haïr, on en oublie de réfléchir
Enfants de la misère, pitié, pardonnez mes pairs
Qui en ont trop fait, ou pas assez
Ne sachant plus sur quel pied danser
Anéantissant nos cervelles
Saisissant nos querelles
Que reste-t-il de nos esprits ?… Lire la suite

hands-731265_640

Poème : Poussière d’instant

hands-731265_640
© Unsplash-Pixabay

Je n’écris plus en une outre vidée
De mes sens désincarnée
Je n’écris plus
Peut-être n’ai-je plus de foi ou n’en ai-je jamais eu
Ou le temps qui passe obstinément, qui lui aussi me fuit
Aucune passion, être ou déraison
Plus sombre que le bois dont on a retiré la vie
Dont il ne subsiste plus qu’une patine
Vernie
Et ces fines striures
Motif
Qui perdent leur sens
Comme si l’utilité se voyait, pensée, érodée
Au gré des coups que lui inflige le destin
Et le sable inlassable qui glisse et roule
C’est là encore le temps
Qui inflige tant de dégâts
Pourquoi ?!… Lire la suite